Encore appelée « full hybride », la voiture hybride « classique » est la plus populaire des voitures respectueuses de l’environnement. Vous en avez certainement vu déjà sur les routes. Le modèle le plus populaire représentant la toute première voiture hybride commercialisée est la Toyota Prius. C’est alors cette innovation qui marque les débuts de l’automobile plus propre, destinée au grand public. L’idée d’utiliser une énergie autre que l’essence vient donc propulser le monde de l’automobile. Pourtant, la voiture hybride a également ses inconvénients.

Voiture hybride, fonctionnement

On retrouve généralement deux moteurs à bord des véhicules hybrides classiques. Il s’agit d’un moteur thermique et d’un moteur électrique qui est plutôt secondaire. Au niveau de la majorité des modèles, c’est le moteur essence qui entraîne les roues. Ce moteur se voit ensuite épaulé par un moteur électrique qui permet de déplacer le véhicule à basse vitesse en mode 100 % électrique. Le moteur électrique va également assister le véhicule dans les accélérations ainsi que les vitesses plus élevées.

A lire également : Où trouver les pneus les moins chers ?

Une voiture hybride classique permet généralement de ne pas dépenser de carburant en dessous de 30 à 50 km/h. Ainsi, que ce soit en embouteillage ou au sein d’une zone 30, ou encore en manœuvre au sein d’un parking, le moteur thermique n’est plus alimenté en carburant. Il entraîne alors les roues grâce au moteur électrique qui est intégré. Pour avoir l’alimentation comme voulu, le moteur électrique se fait assister d’une batterie qui stocke et fournit l’énergie nécessaire. Cette batterie est rechargée lors des freinages et des décélérations en exploitant l’inertie du véhicule. Le moteur électrique va alors fonctionner comme un générateur. Il tourne dans le vide, afin de produire de l’électricité qui est stockée sur la batterie.

Il faut dire qu’il existe plusieurs types de technologies hybrides classiques qui répartissent de façon différente l’effort entre les moteurs thermiques et ceux électriques. Ces technologies emploient donc des systèmes de transmission spécifiques. Si la technologie la plus courante associe un moteur thermique et un moteur électrique qui entraînent un même axe, il y a des véhicules qui disposent de moteurs électriques indépendants à l’arrière, ainsi que d’un moteur thermique principal à l’avant. Il faut tout de même retenir que les véhicules hybrides classiques sont les plus abordables en termes de coût.

A lire aussi : Comment réagir en cas de panne de votre auto ?

Les inconvénients des véhicules hybrides classiques

Le premier inconvénient lorsqu’il est question de véhicule hybride classique, ce sont les prix qui restent toujours élevés par rapport aux modèles 100 % thermiques. On ressent également au niveau de certains modèles une faible capacité de la batterie. Cela ne permet donc pas de rouler en mode 100 % électrique sur des dizaines de kilomètres et à plus de 30 à 50 km/h. Ici, l’essence est utilisée comme énergie primaire exclusive. Il est donc en quelque sorte impossible de choisir l’origine de l’énergie consommée à bord contrairement aux hybrides rechargeables.

Il faut également souligner que sur autoroutes et à vitesse élevée, le moteur électrique ne fonctionne pas et constitue par conséquent un surpoids qui pourrait entraîner une surconsommation, même si légère. Enfin, les voitures hybrides ne bénéficient plus depuis 2017 du bonus écologique.

Show Buttons
Hide Buttons