Assurance auto pas chère : quelle relation avec le bonus-malus ?

Vous risquez chaque année de voir augmenter votre prime d’assurance si vous enchaînez les sinistres. Bien que le coefficient du malus ne puisse excéder 3.50, il faut plusieurs années pour se débarrasser de ses conséquences. Autant connaître à l’avance le fonctionnement du bonus-malus et son effet sur l’assurance auto.

A voir aussi : Assurance auto tous risques : quels sont les avantages ?

Le mécanisme du bonus-malus et de la prime assurance

Le bonus-malus est un système de coefficient qui permet de réduire ou d’augmenter la prime d’assurance. Au départ, votre CRM ou coefficient de réduction et de majoration est égale à 1. Ce coefficient sera multiplié par 0.95, 1.25 ou 1.125 selon que vous bénéficiez d’un bonus ou soyez sanctionné par un malus.

Le bonus-malus entre directement dans l’équation du calcul de votre prime d’assurance. Cette prime étant recalculée chaque année, votre coefficient de bonus-malus peut l’augmenter ou la réduire. Si pendant cette année, vous ne connaissez aucun incident, votre prime assurance de l’année prochaine sera multipliée par un coefficient de 0.95. Concrètement, elle vous coûtera 5% moins cher. Il faut compter 13 ans de conduite sans accident responsable pour profiter d’un bonus de 50%.

A lire également : Comment faire une carte grise sans assurance ?

Votre prime d’assurance de cette année sera multipliée par 1.25 si vous êtes responsable d’un accident. Autrement dit, votre prime d’assurance de l’année prochaine vous coûtera 25% plus cher. Dans le cas d’un accident à responsabilité partielle, le coefficient appliqué est de 1.125. Il est à noter que le malus est cumulable, mais le maximum pouvant être atteint est de 3.50. Pour effacer un malus, il faut afficher deux ans de conduite sans accident responsable.

Comment bénéficier d’une assurance auto pas chère ?

Une assurance auto pas chère est une assurance proposant le minimum légal de garanties pour les autres conducteurs et vous. Les assureurs ont établi de nombreuses formules permettant d’alléger les conducteurs en matière de primes d’assurance. Néanmoins, il faut comprendre que la meilleure manière de bénéficier d’une assurance auto pas chère comme l’assurance auto MAAF est toujours la bonne conduite.

Effectivement, outre l’ancienneté au volant, le lieu de résidence ou encore l’âge de la voiture, c’est surtout le comportement au volant qui compte. Si votre dossier parvient à convaincre l’assureur que vous êtes un conducteur exemplaire, vous avez de fortes chances d’avoir droit à des réductions. Le meilleur témoin de cette bonne conduite est l’absence de malus sur votre permis. Les assureurs comme MAAF réservent également quelques avantages sous forme de tarif préférentiel et de bonus exceptionnels.

Les pièges des assurances automobile pas chères

Certes, les offres d’assurances auto pas chères sont tellement alléchantes qu’on peut être tenté de foncer tête baissée. C’est une erreur à ne surtout pas commettre, il faut prendre le temps de décortiquer les modalités de ces offres. Effectivement, il faut s’assurer que le peu de garanties que proposent certaines de ces offres d’assurance low cost corresponde à vos besoins.

Pour une voiture vieille de plus de 10 ans, la souscription à une assurance auto pas chère est une alternative intéressante. De même pour un véhicule que vous n’utilisez que très peu au cours de l’année. Dans tous les cas, les offres pas chères ne sont souvent accordées qu’après une étude approfondie au cas par cas des conducteurs.

Les critères pris en compte pour calculer le bonus-malus

Le bonus-malus est un système de réduction ou d’augmentation des tarifs en fonction du comportement des conducteurs. Plus précisément, le coefficient de réduction-majoration (CRM) dépend du nombre d’accidents responsables qui ont été causés par l’assuré au cours des douze derniers mois. Ce CRM commence à 1 pour les nouveaux conducteurs et peut atteindre 0,50 pour les bons conducteurs.

Les compagnies d’assurance auto prennent en compte plusieurs critères afin de calculer ce fameux bonus-malus tels que :
• L’âge du titulaire
• La durée du permis
• Le lieu de résidence
• La fréquence et la gravité des accidents responsables sur lesquels ils sont intervenus.

Avant toute souscription à une assurance automobile pas chère, vous devez être vigilant quant aux pièges potentiels ainsi qu’aux différentes conditions permettant le calcul du bonus-malus afin d’éviter tout risque financier inutile lié notamment au facteur humain.

Les conséquences d’un malus sur le prix de votre assurance auto

Le bonus-malus peut avoir des conséquences significatives sur le coût de votre assurance auto. Effectivement, si vous avez un malus élevé, cela signifie que vous avez été responsable d’un certain nombre d’accidents et que les compagnies d’assurance sont donc plus susceptibles de considérer que vous êtes un conducteur à risque.

Avec un coefficient de réduction-majoration (CRM) plus élevé, le tarif de votre assurance sera aussi plus élevé. En cas de sinistres responsables successifs ou graves tels qu’une conduite en état d’ébriété ou une infraction du Code de la route entraînant une suspension du permis par exemple, il n’est pas rare qu’il soit difficile pour certains profils de trouver une offre à bas prix.

Il faut signaler que certains assurés ont vu leur contrat résilié dans certains contextes, comme celui des assurances non payées ou annulées suite à la vente du véhicule concerné. Ils doivent alors se tourner vers l’assistance proposée par leur courtier ou encore faire appel aux services proposés par la législation française sous forme notamment d’un recours auprès du Bureau Central Tarification (BCT).

Être conscient des critères pris en compte lors du calcul du bonus-malus, adopter une conduite prudente et respectueuse ainsi que bien comprendre les conséquences financières liées au coefficient CRM peuvent aider tout conducteur souhaitant bénéficier d’une assurance auto pas chère.

vous pourriez aussi aimer