Les facteurs influant sur l’autonomie d’un véhicule électrique

Pour un véhicule électrique (VE), l’autonomie est l’un des principaux facteurs de performances. C’est aussi un critère d’achat très important. Alors, est-ce que l’autonomie annoncée par les constructeurs correspond toujours à l’autonomie réelle ? Et quels sont les facteurs qui ont un effet direct sur l’autonomie d’une voiture électrique ? Découvrez les réponses dans cet article !

Comment juger l’autonomie d’un véhicule électrique?

Depuis 2019, l’autonomie des véhicules, y compris les modèles électriques, est évaluée à l’aide du protocole d’homologation WLTP. Ce dernier remplace le cycle européen NEDC et couvre généralement des conditions d’utilisation en cycle urbain, extra-urbain et mixte (voir les différences entre WLTP et NEDC).

A découvrir également : Comment réagir en cas de panne de votre auto ?

Cela dit, certains tests du cycle WLTP ne reflètent pas de manière adéquate la consommation et l’autonomie réelles d’une voiture électrique et les raisons peuvent être variées :

    A lire en complément : Rénovation de la peinture de votre voiture : les astuces à connaître

  • Les tests sont pratiqués en laboratoire et ne tiennent pas compte des conditions météorologiques qui peuvent faire augmenter la consommation (vent, pluie, neige, etc.).
  • Les essais sont réalisés avec des véhicules neufs et bien entretenus. Or, l’état général et la qualité d’entretien peuvent avoir un impact significatif sur l’autonomie.
  • Le protocole WLTP prévoit une conduite sur autoroute très réduite. Ainsi, les accélérations durant les essais sont assez faibles par rapport aux accélérations dans les conditions réelles de conduite.

Les facteurs ayant un impact sur l’autonomie de la batterie

Un homme dans une voiture électrique

Les performances de la batterie

De façon générale, plus la capacité d’une batterie est élevée, plus elle pourra stocker d’énergie et plus elle aura d’autonomie. Cela dit, il existe d’autres facteurs qui peuvent affecter l’autonomie telle que la technologie utilisée, les performances du système de gestion BMS et la profondeur de charge (PdP). Cette dernière est exprimée en pourcentage et représente la quantité d’énergie pouvant être réellement fournie au moteur. Notons aussi que le vieillissement d’une batterie se traduit nécessairement par une perte de capacité.

Les forces de résistance à l’avancement du véhicule

Pour qu’un véhicule avance sur la route, il faut que la puissance mécanique disponible au niveau des roues soit supérieure à l’ensemble de 3 forces :

  • La résistance au roulement : elle est proportionnelle à la masse du véhicule, mais elle dépend aussi de l’état de la route, des roulements et des pneus. Elle est plus importante à vitesse réduite.
  • La résistance aérodynamique : elle varie selon le coefficient de traînée (Cx), la vitesse du vent contraire, la vitesse et la surface frontale du véhicule.
  • La résistance à la pente : plus la pente est forte, plus la force de résistance est importante. À une vitesse faible, la puissance nécessaire à l’avancement du véhicule sur une pente de 10% est presque 10 fois la puissance requise sur une route sans pente.

La vitesse du véhicule

Il est évident que la vitesse influe de manière significative sur la consommation et l’autonomie d’un véhicule électrique, d’où l’importance d’adapter sa conduite sur un véhicule électrique, par rapport à un véhicule thermique. En effet, adopter une éco-conduite est un comportement à privilégier. Toyota explique par exemple que pour prolonger la durée d’une batterie électrique, des accélérations progressives sont à privilégier tandis que les phases de décélérations permettent de regagner de l’autonomie grâce au freinage régénératif.

Un tableau de bord de voiture

Ainsi, un véhicule qui roule à grande vitesse consomme plus d’énergie électrique. Notons que lors de déplacements en milieux urbains, les véhicules électriques sont parfaitement adaptés, mais pour les longs trajets, il est conseillé de prendre notes des points de chargements disponibles lors de l’itinéraire.

Aujourd’hui, plus de 660 stations et 1900 points de recharge sont disponibles partout en France, une carte étant disponible sur Bison Futé.

Les consommateurs électriques dans le véhicule

Chaque voiture est équipée d’auxiliaires électriques : chauffage, climatisation, essuie-glace, vitre dégivrante, système multimédia, éclairage (extérieur et intérieur), lève-vitres, chauffage de sièges, etc. La consommation électrique de ces équipements est plus ou moins importante selon leur puissance et le temps d’utilisation.

Généralement, le chauffage et le système d’air conditionné sont les plus énergivores. L’usage intensif de ses deux équipements sur un véhicule électrique fait baisser considérablement l’autonomie. Ainsi, pour optimiser l’autonomie d’un véhicule électrique, réduire le temps d’utilisation des consommateurs électriques peut aider.

Les astuces pour maximiser l’autonomie d’un véhicule électrique

Les véhicules électriques séduisent de plus en plus d’automobilistes à la recherche d’une conduite responsable et écologique. Pourtant, certains freins persistent quant à leur utilisation : l’autonomie limitée et les temps de chargement des batteries. Voici quelques astuces qui vous permettront d’optimiser l’utilisation de votre véhicule électrique.

Vous devez planifier vos trajets en amont afin d’anticiper les bornes disponibles sur le chemin. Effectivement, une mauvaise gestion du parcours peut être un facteur aggravant concernant l’autonomie du véhicule.

Aujourd’hui, divers sites internet proposent des cartographies répertoriant les points de recharge accessibles partout en France (et même dans toute l’Europe). Chargemap, PlugShare ou encore ChargeStorming sont autant d’applications utiles aux utilisateurs souhaitant maximiser leur autonomie avec un suivi précis des bornes autour du lieu où ils se trouvent.

Privilégier l’éco-conduite

L’éco-conduite est une méthode permettant aux conducteurs d’optimiser leur conduite, et ainsi de réaliser des économies et de préserver la batterie du véhicule. Lorsque vous accélérez progressivement, vous consommez moins d’énergie que si vous appuyez brutalement sur la pédale d’accélération.

Vous devez noter que les batteries se dégradent naturellement avec le temps et l’utilisation. Leur durée de vie est donc limitée dans le temps, surtout si elles sont régulièrement sollicitées en charge rapide.

Bien entendu, toutes ces astuces ne peuvent pas garantir une autonomie maximale à chaque trajet effectué. Suivre ces conseils permettra aux conducteurs d’optimiser leur conduite tout en préservant leur voiture électrique au mieux.

Et vous ? Avez-vous déjà adopté des méthodes pour optimiser l’utilisation de votre véhicule électrique ?

L’évolution des technologies de batteries pour une autonomie plus importante

L’autonomie limitée des véhicules électriques est l’un des principaux freins à leur adoption massive par les automobilistes. La technologie évolue rapidement dans le domaine des batteries pour améliorer cette autonomie.

Les batteries lithium-ion sont actuellement les plus utilisées dans les voitures électriques. Elles ont une densité d’énergie relativement élevée, mais elles ont aussi quelques inconvénients comme un coût de production encore assez élevé et une durabilité limitée. Plusieurs constructeurs travaillent sur l’amélioration de cette technologie en augmentant la densité d’énergie sans compromettre leur sécurité ou leur durabilité.

Une autre technologie qui commence à se développer est celle des batteries au graphène. Le graphène est un matériau ultrafin en carbone qui a été découvert il y a seulement quelques années. Il possède une conductivité électrique très élevée et peut stocker beaucoup d’énergie dans un petit volume, ce qui pourrait permettre aux voitures électriques équipées de ces batteries d’avoir une autonomie bien supérieure à celles équipées de batteries classiques.

Certaines entreprises travaillent sur les batteries solides, qui remplacent l’électrolyte liquide présent dans les batteries classiques par un matériau solide. Cette technologie présente plusieurs avantages: elle permettrait d’augmenter significativement la densité d’énergie tout en étant plus sûre (l’absence de liquide inflammable réduit considérablement les risques liés aux incendies), moins polluante et moins gourmande en matières premières.

Toutes ces technologies de batteries ne sont pas encore totalement matures et leur mise en production à grande échelle pourrait prendre encore plusieurs années. En attendant, les constructeurs continuent d’améliorer les batteries lithium-ion pour offrir toujours plus d’autonomie aux voitures électriques.

L’autonomie des voitures électriques reste un frein important à leur adoption massive par les consommateurs. La technologie évolue rapidement dans le domaine des batteries et de nombreux progrès ont déjà été réalisés pour améliorer cette autonomie. Les avancées dans ce domaine promettent un avenir radieux pour la voiture électrique qui devrait bientôt rivaliser avec son homologue thermique tant au niveau de l’autonomie que du coût d’achat.

vous pourriez aussi aimer